• Dicton du 14 Mars :

    Pluie de Sainte-Mahaud n'est jamais de trop.

    Chèvrefeuille planté à Sainte-Mathilde, fleurit dès Sainte-Clotilde. 

     

     

    Chèvrefeuille

     

     

    La nostalgie revient lorsque le présent n'est plus à la hauteur du passé.:

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Bonne journée. Bises.


    7 commentaires
  • Dicton du 11 Mars :

    Bon rédeux à Saint-Euloge, voit les jeunes lapins à l'auge.

    Sainte-Euloge, voit les jeunes lapins à l'auge.

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Lapin, Rongeurs, Des Animaux, Mammifères 

    Demain, dès l'aube...



    Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,


    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.


    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.


    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,


    Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,


    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,


    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

    Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,


    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,


    Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe


    Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

     

     Victor Hugo.

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Afficher l'image d'origine

    Bon vendredi et

    bon week end. Bises.

     


    5 commentaires
  • Dicton du 10 Mars :

    Pluie de mars grandit l'herbette, et souvent annonce disette.

    S'il gèle au jour des quarante martyrs, il gèlera encore quarante jours au pire.

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Premier sourire de printemps

     

    Tandis qu’à leurs œuvres perverses
    Les hommes courent haletants,
    Mars qui rit, malgré les averses,
    Prépare en secret le printemps.

    Pour les petites pâquerettes,
    Sournoisement lorsque tout dort,
    Il repasse des collerettes
    Et cisèle des boutons-d’or.

    Dans le verger et dans la vigne,
    Il s’en va, furtif perruquier,
    Avec une houppe de cygne,
    Poudrer à frimas l’amandier.

    La nature au lit se repose ;
    Lui, descend au jardin désert
    Et lace les boutons de rose
    Dans leur corset de velours vert.

    Tout en composant des solfèges
    Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
    Il sème aux prés les perce-neige
    Et les violettes au bois.

    Sur le cresson de la fontaine
    Où le cerf boit, l’oreille au guet,
    De sa main cachée il égrène
    Les grelots d’argent du muguet.

    Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
    Il met la fraise au teint vermeil,
    Et te tresse un chapeau de feuilles
    Pour te garantir du soleil.

    Puis, lorsque sa besogne est faite,
    Et que son règne va finir,
    Au seuil d’avril tournant la tête,
    Il dit : « Printemps, tu peux venir ! »

     

    Théophile Gautier 

     

    Perce Neige, Fleurs, Printemps, Signes Du Printemps 

     

     Afficher l'image d'origine

     

    Bonne journée. Bises.

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique